Enfance volée : Le personnage de l’enfant dans les romans naturalistes français et espagnols

Virginie PRIOUX

Longtemps cantonné dans les œuvres romantiques à une image de pureté et d’innocence le personnage de l’enfant change littéralement de statut dans le roman naturaliste. Inspirés par de récents travaux sur les théories de l’hérédité, par des traités sur l’influence du milieu et des études de psychologie infantile, les romanciers de la fin du XIXème siècle proposent un portrait de petits héros bien loin de la candeur stéréotypée qu’on leur connaissait jusqu’alors. Dans son ouvrage théorique intitulé Le Roman expérimental publié en 1880, Zola élabore ainsi une nouvelle littérature revendiquant le modèle scientifique La Médecine expérimentale de Claude Bernard. L’influence de cette modernité littéraire en Espagne explique l’intérêt des romanciers ibériques pour cette écriture qui analyse le personnage de l’enfant tel un cas clinique. Les petits êtres y sont donc étudiés avec une rigueur toute scientifique au fil de pages qui osent pour la première fois dire l’indicible en transgressant bien des tabous.

enfance, naturalisme, médecine, hérédité, tabou